Press

Journée de la femme
Par Alexandra Moulin , le 05 mars 2020

Le 8 mars est une journée dédiée à la lutte pour le droit des femmes. A cette occasion, nous avons le privilège de rencontrer Céline Galet, une femme de terrain évoluant dans un monde masculin. À la tête d'une entreprise de bâtiment employant plus de 30 hommes et engagée à la FFB (Fédération Française du Bâtiment), elle brise les codes et s'évertue à mettre en valeur la gente féminine.

Louise Menuiserie est une entreprise familiale, créée en 1849 à La Coulonche (61), qualifiée par la RGE (Reconnus Grant de l'environnement). Cette entreprise transmet son savoir-faire depuis 6 générations afin de répondre au mieux à la demande de ses clients et de réaliser des travaux impeccables.

 

itww

 

"Le bâtiment ? Ça, c'est une affaire d'hommes !" Cliché ou réalité ? 

Malheureusement, encore un peu des deux, mais il souffle un vent nouveau sur le monde du bâtiment, donc je pencherai plus sur « cliché ».

Constatez-vous une évolution des mentalités depuis le début de votre carrière professionnelle ?  

Effectivement, il y a une réelle évolution, les femmes s’imposent dans notre univers. La profession a une image plus positive, si bien que les chantiers s’ouvrent aux femmes, notamment pour leur qualité en matière de management. Elles occupent donc des postes d’encadrement et les hommes s’y habituent.

Faut-il davantage faire ses preuves quand on est une femme dans le milieu du bâtiment

Oui, c’est certain, on n’a pas le droit à l’erreur, on se doit d’être meilleure pour gagner la confiance des hommes.

Comment en êtes-vous arrivé à gérer une entreprise qui baigne dans un univers d'hommes ?

La menuiserie Louise se transmet de père en fils depuis 1947. Après avoir validé mon BTS en 1994, j’ai mis un premier pied dans l’entreprise pour aider mon père sur la maîtrise d’un logiciel. Je me suis très vite passionnée pour ce métier. Après deux ans de contrat de qualification comme économiste de la construction, j’ai intégré à plein temps l’entreprise familiale. En 2005-2006 j’ai validé mon diplôme à l’ESJDB (École Supérieure des Jeunes Dirigeants du Bâtiment), ce qui m’a permis de reprendre l’entreprise en 2009.

Justement, être une femme dans un milieu réputé masculin, est-ce un atout ou un fardeau ? 

Sans hésiter, c’est un atout ! En tant que femme, nous sommes plus à l’écoute, plus investie, soucieuse de la qualité et de l’organisation…. C’est pour ça que dans mon entreprise, les femmes ont toute leur place (sur 38 salariés, nous sommes 5 femmes).

Les 3 qualités typiquement féminines qui vous permettent de porter haut votre entreprise ? 

Volontaire, perfectionniste et humaine.

Comment luttez-vous contre les stéréotypes dans votre univers ? 

J’ouvre tous les postes aux femmes et je les forme en leur communiquant mon expérience. D’autre part, je suis membre du bureau et trésorière à la FFB (Fédération Française du Bâtiment) de l’Orne. À la tête de notre syndicat, une femme de talent, Madame Guillet. Elle lutte contre les stéréotypes, en prouvant qu’il est possible d’être à la fois à la tête d’une entreprise de bâtiment et représentante d’un syndicat avec une majorité d’hommes autour de la table.

Quels sont, d’après vous, les atouts à absolument détenir pour une solution d’isolation ? 

La solution d’isolation doit être performante et personnalisable pour s’adapter à chaque situation sur un chantier. Mais aussi, je porte un intérêt particulier pour les produits conçus dans une logique de développement durable.

Nous entretenons une relation de confiance depuis plusieurs années. D'après vous, quel est notre petit plus qui fait la différence ? 

Nous nouons une relation de partenariat depuis plusieurs années et ce qui fait la différence, c’est votre accompagnement pour l’utilisation des nouveaux produits. La qualité de service est primordiale pour nous aider à sélectionner les bonnes solution suivant nos problématiques et cette oreille attentive, vous nous l’apportez systématiquement.